Une collègue de travail devant sa webcam fait du cybersexe





 

Après dîner, je jetai un œil rapide aux programmes de la télé, et comme d’habitude, on baignait entre les rediffusions, ou les émissions débiles. Je me décidais donc pour internet. Je surfais donc sur la toile, lorsque ma messagerie instantanée m’avertis que j’avais un message instantané. Je finissais cependant de lire le site que je consultais sur le réchauffement de la planète, et après ma lecture, j’ouvris ma messagerie pour lire ce message. Je pensais trouver soit une pub racoleuse, soit le message d’un ami qui me proposerai sans doute une partie de poker en ligne.

Je fus surpris de trouver une demande d’ajout à ma liste d’amis de la part de Clémence une collègue de travail. Bien qu’il nous arrive de discuter, lorsque nous nous croisons dans la salle de repos, nous n’avons pas vraiment eu le temps de sympathisé. J’acceptais sa demande d’amis. Elle me demandais si c’était bien moi qui travaillait avec elle à la société X, s’assurant ainsi qu’elle n’étais pas tomber sur un homonyme. Je lui confirmais cela. Cela me surpris car elle était différente de la femme que je croisais au travail, pleine d’humour, parlant de tout et de rien. Visiblement je m’étais trompé sur son compte et cette femme était vraiment très amusante, et depuis une bonne heure que nous discutions, je n’avais pas vu le temps passé, et je m’étais même surpris à rire de bon cœur devant mon ordinateur. Elle m’avait proposé de bancher nos webcams, chose que je fis avec joie.

Je pouvais voir son joli minois et ses cheveux blonds. Elle m’avait expliqué que son homme était crevé et qu’il s’était coucher de bonne heure et qu’il n’y avait rien à la télé, donc elle était venu discuter pour passer le temps et qu’elle ne regrettais pas d’être tomber sur moi. Elle me demanda aussi, si le fait d’accaparer mon temps ne me gênait pas car j’avais peut être autre chose en tête pour ma soirée que de me faire tenir la jambe par une chieuse. Je ris en lui expliquant que pour ma part je surfais et j’étais tombé sur un site très intéressant sur le réchauffement de la planète.

Elle me dit qu’elle était rassurée et qu’en parlant de réchauffement, elle m’avouait qu’elle avait vraiment très chaud. Elle me demanda si cela ne me dérangeais pas si elle se rafraîchissait un petit peu. Je lui dit que non, pensant qu’elle voulait prendre congé quelques minutes pour se rafraîchir avec de l’eau. Ce n’est pas du tout ce qu’elle avait en tête. Elle ôta le polo qu’elle portait et je pus voir une partie de ses seins nus. Je n’en croyais pas mes yeux. On continuait de discuter mais j’avais l’esprit accaparé par ses seins. Elle le vis car elle me demanda si je voulais mieux les voir. Je lui répondis que je voulais bien si cela ne la dérangeais pas. Elle abaissa alors sa webcam, la faisant alors pointer sur sa magnifique poitrine. Tu les vois bien me demanda t’elle. Oui, ils sont vraiment magnifique. Tu pourras les toucher demain au taf si tu veux. Avec joie, lui répondis-je.

Ma main était passé discrètement sur mon sexe pressant ma queue pour me faire du bien pendant que je matais ses seins nus. Je n’ai pas été assez discret car elle me demanda ce que je faisait avec ma main, terminant sa phrase par un smiley qui sourit.

Je fus donc obliger de lui avouer que je me touchais alors la queue en matant ses nichons. Elle me dit fait voir. Je lui avouais que cela me gênait, elle insista me promettant que je ne le regretterais pas prétextant également que pour sa part, elle me montrait bien ses nibards. Je me leva donc de mon siège, baissa mon short afin de lui montrer ma bite en érection à travers ma webcam tout en continuant de mater sa poitrine nue. Elle me demanda de ma branler pour elle. Il est vrai que j’en avais très envie. Envie de me branler et qu’elle me regarde faire.

Elle se leva à son tour, et commença à s’éloigner un peu. De là ou elle se tenait, je pouvais avoir une vue d’ensemble qui allait du haut de ses seins jusqu’à ces cuisses. Elle portait un mini short en jeans. Elle défit les boutons de ce dernier, puis en ondulant un peu du bassin, elle fit tomber le short à ses pieds. Elle m’apparaissait à présent en petite culotte. Elle passait ses doigts fins sur le tissus de sa lingerie, et elle se caressait juste à l’endroit où devait se trouver son clitoris.

Je m’astiquais doucement la queue tout en la regardant faire. Puis elle ôta enfin sa petite culotte, me dévoilant ainsi une petite fente ornée de poils pubien qui me faisait penser à un ticket de métro. Elle écarta ses lèvres intimes découvrant ainsi son clitoris. Elle se caressait le bouton, tandis que je me branlais en la regardant faire. Elle stoppa quelques minutes ses caresses, histoire d’écrire un message à l’aide du clavier. Je pus alors lire. Vas y éjacule sur la camera, comme si tu m’éjaculais dessus. Puis elle repris ses caresses, mais cette fois en enfonçant son index à l’intérieur de son vagin. Son index ne suffisait plus et elle introduit à présent son majeur dans sa fente et je pouvais la voir faire entrer ses doigts dans sa chatte humide. Cette vision m’excita terriblement et je me mis à jouir en envoyant de longue giclé de sperme en direction de ma webcam.

Pour sa part, elle n’avais pas fini, car je la vis s’écrouler sur sa chaise, jambes bien écartées se doigtant de plus belle enfonçant à présent trois doigts dans sa chatte pendant que de son autre main, elle titillait rapidement son clito.

Je la vis jouir, elle se baissa un peu afin de présenter son visage devant la cam, ses pommettes étaient saillantes et rouges, ses yeux transpiraient le plaisir. Elle avait obtenu un orgasme juste devant moi.

Elle me présentait ses doigts tout dégoulinant de son plaisir. Elle mit ses doigts à sa bouche, et les suça un par un. Nous nous sourions sans savoir quoi dire. Puis ce fut elle qui me demanda si cela m’avais plus. Je lui répondis que j’ai pris énormément de plaisir grâce à elle. Elle me demanda si je souhaitais recommencer. La encore elle reçu une réponse affirmative de ma part.

Elle remit ses vêtements, puis nous nous sommes souhaité une bonne nuit, et avant de me quitter, elle m’avoua qu’elle aimerait bien faire cela souvent, mais aussi en réel et que si cela m’intéressait, on pouvais se retrouver demain aux toilettes de notre entreprise.

Elle n’attendit cependant pas ma réponse, et elle coupa nette notre conversation. Je fis la même chose et me suis rendu au lit, attendant avec une grande impatience le lendemain pour retrouver cette coquine dans les toilettes…

Paul

Rating 4.00 out of 5
[?]

Laisser un commentaire

Membres en ligne