Mon mari m’exhibe aux routiers





Mon mari m’exhibe, il croit que je ne le sais pas

 

La toute première fois ou mon mari m’as exhibé, cela s’est passé ainsi. Nous roulions sur l’autoroute, nous revenions alors de chez mes beaux parents. J’étais éreinté, et la monotonie du trajet, me fit m’endormir très rapidement.

 

Lorsque je m’éveillais, ma jupe était anormalement remonté, je pensais alors à un accident, en me tournant, j’ai du la remonter sans faire exprès. J’abaissais ma main, en prenant soin de frôler le tissus, et ce dernier recouvra un peu plus la partie charnue de mon anatomie, à savoir mes fesses. Ce qui était un peu plus décent.

 

Je pensais alors au routier que nous avions pu croiser et qui ont bien du se régaler en me matant les fesses. Cette pensée m’humidifia un peu la chatte. Je n’avais toujours pas ouvert les yeux, car j’étais entre deux eaux. Je sentis la main de mon mari sur ma cuisse. Puis je sentis le tissus de ma jupe se soulever. Je me rendais compte que ce n’était alors pas un accident si ma jupe était remonté et que mon cul était à la merci de tous les usagers de la route. Non, c’était mon mari qui était à l’origine de cette exhibition.

 

Cela m’excitait beaucoup de savoir que mon homme aimait ainsi me montrer. Je décidais alors de ne pas bouger. Par moment je sentais notre véhicule ralentir un petit peu, puis accélérer de nouveau. Souvent après cela, un coup de klaxon joyeux nous saluait. En fait mon mari s’amusait à dépasser un camion ralentir au niveau de sa cabine afin d’attirer son attention, puis accéléra de nouveau. Certain routier pour remercier mon mari de la vue qu’il leur avait offert de mon cul lui disait merci par un petit coup de corne.

 

Nous arrivions au péage. Une fois stopper dans la file d’attente, mon chéri remonta le plus haut possible ma mini jupe en prenant soin de ne pas me réveiller afin qu’il puisse continuer de m’exhiber. Par chance je portais un petit string qui me rentrait profondément dans les fesses. Mes deux fesses était donc totalement libre. J’étais tourné dans le bon sens c’est à dire que mes fesses étaient bien visible du coté de la guérite du salarié de la compagnie d’autoroute.

 

Une fois passer au péage, je crus entendre un hum, de contentement de la part de l’employé qui encaissa mon époux. Après avoir roulé quelques kilomètre après cela, j’avais toujours les fesses à l’air, bien qu’il n’y ait plus de camion qui pouvait en profiter. Mon époux stoppa la voiture. Étant donné que je lui tournais le dos, je pus risqué d’entrouvrir un œil. Ce salop m’avait emmener en foret, sans doute dans un coin ou les voyeurs viennent pour mater les couples en train de baiser.

 

Mon chéri m’avait emmener ici pour offrir mon corps à ces voyeurs. Je pus entendre que mon mari se masturbait. J’entrouvris à nouveau un œil. Manifestement, il n’était pas le seul. Je pouvais voir deux voyeurs agiter leurs queues en regardant le bas de mon corps.

 

Une fois que ces deux voyeurs et mon mari eurent prit leurs pieds en éjaculant, mon mari repris la route. Arrivé à quelques pâtés de maison de chez nous, je feintais le réveil afin de remettre ma jupe en place histoire de ne pas passer pour une salope auprès des voisins.

 

Voilà comment mon mari m’exhibe, et c’est décidé, la prochaine fois je ne mettrais pas de culotte, et je mettrai peut être même des bas ( tout va dépendre du temps ), mais je ne manquerai pas de venir vous raconter la suite de notre histoire érotique à mon mari et à moi.

 

Gil.

Rating 3.50 out of 5
[?]

Laisser un commentaire

Membres en ligne