Histoire érotique d’un couple coquin sur une plage





Voici l’histoire érotique d’un couple coquin qui va faire l’amour sur une plage

Nous étions sur la plage mon copain et moi. Il se faisait tard, et c’était notre dernier jour de vacances. Nous aimons prendre nos vacances en septembre car étant sans enfant, cela nous permettait de jouir de la plage sans subir la cohue du mois de juillet, et du mois d’août. En effet, en septembre nous ne nous trouvons alors qu’avec des personnes âgées et à partir de 16H30, elles rentrent toutes chez elles, nous laissant ainsi la plage pour nous tous seul.

Après quelques minutes, tandis que mon chérie était dans l’eau, je m’aperçus qu’autour de nous, il n’y avait plus personne, et j’étais à l’abri des regards indiscrets grâce à un rocher à côté de moi, et une dune de sable juste derrière. Le temps très clément pour cette fin de mois de septembre me permettait de profitait de quelques instant de plus de bronzette.

J’ôtais donc mon soutien-gorge afin de mettre mes petits seins à l’air. J’adore sentir la caresse du vent sur mes tétons, si bien que rapidement, les bouts de mes seins sont devenus tous durs. Comme chaque femme le sait, qui dit tétons durs comme de la pierre, dit aussi, excitation à fleur de peau. Alors après un coup d’œil circulaire me confirmant bien que j’étais à l’abri, ma main est tout naturellement descendue juste à la hauteur de mon string de bain, me caressant l’abricot. Tout d’abord par-dessus, puis assez rapidement ma main s’est frayé un chemin sous ma petite culotte.

J’avais les yeux clos, seule au monde moi et ma caresse, et je me faisais alors méchamment du bien. Je sursautai tout d’un coup,  car je venais de sentir une main se posée sur mon sein gauche. Une fois mes yeux ouvert, j’avais un peu de mal à distinguer avec la lumière du soleil, mais une fois mes yeux habitués à la lunière je pus voir la tête ravie de mon copain qui m’avait regardé me masturbé, et qui n’y tenant plus s’était mis à me peloter l’un de mes gros seins.

Ma réaction de peur le fit rire, et il crut bon d’ajouter,

-        Alors Annabelle, on se fait du bien ?

Je ne pris pas la peine de lui répondre, me contentant de lui sourire tout en reprenant ma caresse sur mon clitoris. Je me mis à clore les yeux à nouveau pour mieux apprécier le bien que je me faisais toute seule. Je sentais la main de Camel qui continuait de me peloter mon nichon qui, pour ne rien vous cacher est très sensible, et les deux combinés me faisaient un bien fou.

La main de libre de mon chéri s’immisça au côté de la mienne sous ma petite culotte. Géniale je préfère largement lorsque c’est lui qui me titille le clito, mes sensations sont alors beaucoup plus forte que lorsque je me caresse toute seule. Et le fait de pouvoir sentir le vent sur ma peau nu sur cette plage me faisait encore plus de bien qu’a l’accoutumé. Je dus rapidement me mordre les lèvres pour ne pas crier de plaisir, car nous avions beau être seul, nous étions tous de même à l’extérieur.

J’ôtai donc ma main afin de laisser toute la place nécessaire à mon homme pour qu’il puisse me flatter le minou en toute liberté, et je jetai un œil sur lui. Je le trouvais très beau avec sa peau bronzer et encore légèrement humide. Je pus voir à travers son caleçon de bain que mon chéri avait la gaule. Cela m’excita encore plus que je ne l’étais.

Pas de raison que je prenne mon pied toute seule, c’est pourquoi mes doigts allèrent à la rencontre de sa bite tendu, et je malaxai sa tige et ses boules d’abord par-dessus son slip de bain, puis rapidement, je passais entre l’ouverture de son caleçon et sa cuisse pour pouvoir réellement lui toucher la bite, et avoir ainsi un contact réel de mes doigts sur son phallus.

Après quelques minutes de caresses intenses, je lui avais demandé de descendre un peu son caleçon afin de pouvoir sortir sa belle bite bandante qui me faisait terriblement envie. Je la mise en place dans ma bouche, et je commençais alors à lui faire une fellation torride sur la plage.

 

 

Sa queue, était salée, mais cela ne me dérangeait pas, j’étais si excitée à ce moment-là, que j’aurais trouvé presque n’importe quel goût à mon goût. De son coté, il continuait de faire boucher ses doigts sur mon petit clito, mais il avait aussi inséré des doigts dans ma fente. Le salop, il savait pourtant très bien que très rapidement après m’avoir doigté, je ne répondais plus de moi-même, et qu’il me fallait vite quelque que chose de plus imposant, et de plus dure que ses doigts au fond de moi. Ce quelque chose qui était précisément dans ma bouche à cet instant-là !

Et cet instant, bien malgré moi, arriva très vite. J’arrêtais donc de le sucer, puis je lui murmurai d’une voix suppliante de me faire l’amour sur cette plage. Il sortit alors ces doigts de ma petite culotte. Il se positionnait alors entre mes cuisses, que j’avais pris soin d’écarter, tandis que je plaçais ma petite culotte sur le côté afin de lui laisser un accès à ma vulve. Je ne pouvais pas décemment m’amuser à ôter ma petite culotte, certes la plage était bel et bien déserte, mais nous devions pouvoir sauver les apparences si d’aventure un promeneur passait par là.

Lui aussi avait seulement baissé son caleçon seulement sur le devant afin de faire sortit sa bite, et il s’allongea sur moi, me faisant, au passage entré sa longue queue au fond de mon intimité. Vu de derrière, il avait encore son caleçon, et donc pour un passant lambda, nous étions seulement un couple coquin d’amoureux en train de se bécoter sur la plage. Hors la réalité était bel et bien tout autre, mon chéri était en train de me faire l’amour en missionnaire sur la plage.

S’il avait commencé discrètement à me donner de petits coups de queue dans ma foufoune, nous nous sommes très rapidement mis à jouir ensemble, le plus silencieusement possible. Il accéléra la cadence au fur et à mesure que son plaisir devenait de plus en plus important, cela tombait très bien puisque cela correspondait parfaitement à mon propre plaisir. J’adore lorsque Camel et moi, nous sommes ainsi, totalement en phase. Pour finir lorsqu’il a éjaculé en moi, j’ai pu sentir la violence de son éjaculation venir me fouetter la paroi de mon vagin, me déclenchant ainsi un orgasme puissant et dévastateur qui m’a alors secoué le corps de spasme de plaisir.

J’ai joui comme une folle ce jour-là, sur cette plage, et du coup, n’ayant pas pris nos précautions ce jour là, puisque rien n’avait été planifié, je me suis aperçus par la suite que j’étais tombé enceinte. Comme le dit le dicton, un bonheur ne vient jamais seul, et vu que nous avions pris nos précautions à chaque fois que nous avons fait l’amour mon chéri et moi, et bien je sais à présent que mon bébé a été conçu sur une plage, lors d’une folle jouissance que j’ai eue avec mon amoureux ce jour-là.

Voilà notre histoire érotique, ou nous avons eu un double plaisir immense. Un pendant l’acte d’amour que nous avons vécu sur cette plage, et un autre en apprenant ma grossesse !

Annabelle.

 

 

Rating 3.05 out of 5
[?]

Laisser un commentaire

Membres en ligne