La première fois que ma femme me fait cocu





Histoire érotique de la première fois où ma femme me fait cocu

 

Lors de nos ébats sexuels, nous discutions souvent ma femme et moi, de l’éventualité d’introduire un autre homme dans nos jeux coquins. Bien que ma femme fût, totalement hermétique à l’idée de passé à l’acte, elle se prêtait cependant, pour me faire plaisir, à ce jeu pervers que je lui proposais systématiquement. Ce jeu coquin consistait à lui bander les yeux afin qu’elle puisse s’imaginer en train de faire l’amour avec un autre homme. De son propre aveux, au début, elle ne faisait que simuler le fait de penser qu’un autre homme que moi, puisse la toucher, la caresser, et lui faire l’amour, mais force est de constaté que mon travail psychologique, de longue haleine sur son psychique, là, petit à petit amenée à apprécier cette situation, et à réellement s’imaginer tout d’abord, puis à jouir de l’idée de penser qu’un autre homme la possédait et lui prenait bel et bien la chatte.

Je la sentais mur à présent pour lui proposer de passer à l’acte. Nous étions alors au restaurant en train de dîner en amoureux, lorsque je lui demandais, implorait est un mot qui définit un peu plus fidèlement le ton de la voix que j’avais pris pour le lui demandé. Je ne me souviens plus exactement de la phrase que j’avais alors utilisée pour lui demander si elle voulait bien me faire l’honneur, et l’immense plaisir d’accepter d’avoir une relation sexuel avec un autre homme devant moi.  En revanche, je me souviens très bien de l’attitude qu’elle a eue à ce moment-là. Ces pommettes ce sont joliment teinté de rose, et son regard fuyait le mien. Bien entendu, elle me dit non, mais je connais très bien mon épouse, après douze ans de vie commune, et je savais que ce non-là, était seulement pour sauver les apparences, mais au fond d’elle, je sentais que quelque chose avait changé, et qu’elle n’était plus du tout totalement opposé à cette idée. J’insistais un petit peu pour la forme, et je pensais alors qu’elle allait mettre fin à la discussion, en changeant de sujet, comme elle le faisait d’habitude.

Je fus totalement bluffé, car elle me dit, « bon je suis d’accord », en baissant les yeux pour ne pas croiser les miens. Mon érection fut immédiate. Je croyais rêver, si bien que je dus le lui faire répéter pour être vraiment certain de sa réponse. Elle me dit cependant qu’elle voulait que cela se passe très vite, car sinon elle risquait de changer d’avis d’un jour à l’autre. Oui j’avais omis de vous préciser que ma femme est très inconstante.

Je lui dis que j’étais d’accord, mais qu’il fallait qu’elle m’aide un peu. Elle releva alors la tête et me regarda de son petit air interrogateur qui me fait littéralement craqué. Je me contentai de lui dire tu verras bien, en lui faisant un clin d’œil et en affichant un large sourire emprunt de sous entendu. Bien entendu j’avais déjà ma petite idée derrière la tête.

Je lui demandai de défaire, deux boutons de son chemisier, mais avant cela de se rendre aux toilettes pour ôter son soutient gorge. Je flippais beaucoup à l’idée qu’elle s’y refuse, mais à ma grande surprise, et à mon grand soulagement aussi, elle se releva, et partit aux toilettes sans piper mot. Je fis signe au serveur afin qu’il se rende à ma table. De là, je lui commandais les apéritifs, et lui dit que ma femme était charmé par sa beauté. Il était du genre macho, et il fut ravi, bien entendu de plaire à une si belle femme que la mienne, sans fausse modestie. Il me regarda tout de même d’un air étonné, et je lui explique clairement la situation, en lui expliquant que ma chérie et moi, nous étions un couple candauliste et que nous recherchions un mec qui lui plaise et qui sache faire du bien à une femme en lui faisant l’amour. J’avis dis tout cela pour piqué son ego, que je sentais être très développé. Je vis qu’il fut très étonné, mais je pense que cela l’a aussi beaucoup excité, puisqu’il me dit que pour sa part, il terminait à vingt-trois heures trente. Je lui demandais alors de faire un peu trainé le service, et que s’il était d’accord, nous pourrions partir alors tous les trois. Il fit mine de réfléchir quelques secondes puis me dit, « c’est d’accord » ! Il prit ma commande concernant nos apéritifs, puis s’éloigna de notre table.

Quelques minutes plus tard ma femme marchait dans ma direction. Je vis tout de suite que, comme convenu, elle avait bel et bien défait les deux boutons du haut de son chemisier. Je fus surpris de constater que la mini-jupe qu’elle portait me semblait également plus courte. Lorsqu’elle fut assise face à moi, je le lui fis remarquer. Sa réponse fut simple, étant donné que tu veux me faire jouer les salopes, et bien j’ai autant de l’être jusqu’au bout, j’ai donc remonté ma jupe sur mes hanches, et je l’ai enroulé sur elle-même au niveau de la ceinture, afin d’en faire une micro-jupe. J’étais aux anges, tous se déroulait à merveille. La mise en scène que je mettais en place pour voir ma femme coucher avec un autre homme ne pouvais pas mieux se passer. Je pense que nous allons vivre une fabuleuse histoire érotique ce soir, si tout continue de se passer aussi bien !

Je vis le serveur se rapprocher de notre table avec nos boissons, je demandais donc à ma femme de bien faire en sorte que notre serveur puisse alors voir l’un de ses seins et d’allumer cet homme au maximum. Ma coquine, qui était du coup devenu soumise, s’exécuta. Elle prit une pose légèrement penché en avant, afin que notre serveur puisse avoir une vue sur l’un de ses seins à travers l’ouverture qui se formait à l’aide de son chemisier ouvert.

Ma femme a disons une poitrine moyenne, mais pour ma part, je la trouve vraiment très excitante. Elle était aussi du gout de Sergio, notre serveur, qui louchait carrément dans le décolleté de mon épouse. Mais ces yeux ne s’était pas que porté sur sa poitrine offerte, il reluquait aussi les cuisses de ma coquine de femme qui étaient elle aussi bien visible et qui ont un galbe exquis.

Tout au long de la soirée, nous avons joué, ma femme et moi à l’exhibé pour le plus grand plaisir de l’homme qui nous servait, et il faut bien dire qu’il était au petit soin pour nous, venant voir très souvent à notre table pour voir si nous avions besoin de pain, d’eau, ou encore simplement pour nous demander si nous n’avions besoin de rien.

 

 

Malgré ce petit jeu d’exhibition, je trouvais que la soirée passait très lentement, trop lentement d’ailleurs, car sachant ce qui allait se passer juste après, j’avais très envie d’y être déjà. La fin du repas approchant, je jetai un œil sur ma montre, et annonça alors à ma chère et tendre épouse, que nous allions remmener le serveur chez nous afin qu’il puisse lui faire l’amour. Elle me répondit simplement qu’elle l’avait déjà deviné. Si je l’avais ainsi exhibée à lui, c’était bien dans ce but, non ?

 

Je ne lui répondis pas, et me contentas alors de lui sourire. Nous sommes sortis quelques minutes avant notre serveur, et nous l’avons attendu sur le parking de ce restaurant. Lorsqu’il arriva quelques minutes plus tard, il vient alors à notre rencontre. Ma femme l’accueillit en se blottissant dans ses bras, et en l’embrassant à pleine bouche. Je n’en croyais pas mes yeux, mais j’étais alors aux anges. Elle lui demanda si était en voiture, une fois qu’il eut confirmé, elle lui demanda s’il voulait bien nous suivre. Et nous voilà parti en direction de notre domicile. Nous n’osions ni l’un, ni l’autre ouvrir la bouche, restant tout deux silencieux tout le long du trajet. Nous nous sommes arrêtés face à l’entrée de notre pavillon, et Sergio se gara juste derrière nous.

 

Nous voilà tous les trois dans le salon. Je proposais par politesse un café à notre hôte. Il accepta. Je partis donc à la cuisine, et lorsque je reviens avec les trois tasses, et la cafetière posés sur un plateau, je fus très surpris de voir ma femme assise sur les genoux de son amant. Leurs deux bouches étaient collées l’une à l’autre, tandis qu’ils échangeaient un baiser torride et enflammé. Je ne sais pas qui des deux à fait le premier pas, mais je peux vous dire que ma femme y mettait du cœur à l’ouvrage. Mon arrivé dans la pièce les interrompis, ma femme se releva, tira son serveur par la main entrainant celui-ci en direction de notre chambre à coucher, en me lançant un « tu viens ».

 

Un peu oui que j’allais venir, je n’allais pas rester là, seul au salon, non, je voulais me délecter du spectacle que ma femme allait m’offrir en faisant l’amour avec cet inconnu sous mes yeux. Debout devant notre lit conjugal, ce couple adultère a repris ses échanges de baisé passionné, mais cette fois en se déshabillant mutuellement. Une fois entièrement nue, mais femme poussa son Sergio sur le lit. Ce fut la première fois que je pus voir sa bite. Elle était énorme. Ma femme s’agenouilla à même le sol, et elle était à présent juste à la bonne hauteur pour engloutir la queue de cet homme profondément dans sa bouche. Elle le suçait du mieux qu’elle pouvait, mais elle avait beaucoup de mal à la faire entrer dans sa bouche tellement la bite de cet homme était large.

 

Dès qu’il eut commencé à pousser de soupirs, Carole s’arrêta alors de lui pomper la verge, puis, elle attrapa un préservatif dans le tiroir de sa table de nuit. Elle déroula le morceau de latex sur cette queue encore toute mouillé de sa propre salive. Dès qu’elle eut fini d’habiller le phallus de cet homme, la voilà qui se mit à grimper sur lui à califourchon. Elle s’empala sans plus de cérémonie sur cette queue si large. Elle descendait tout doucement pour faire entrer cette bite si imposante dans son vagin. Elle me regardait en me disant, tu me vois bien mon chérie, tu me vois en train de baiser avec cet inconnu et te faire avoir des cornes. Pour la voir, ça oui je la voyais bien, et je peux vous dire que je bandais ferme. Par honte, je n’avais pas osé sortir ma queue pour me branler car, il faut admettre que ma bite sans être d’une petite taille paraissait tout simplement ridicule face à la taille de celle de Sergio. Ma femme était enfin parvenue à faire entrer non sans mal, la totalité de la bite de son amant à l’intérieur de sa petite chatte. Elle commençait à présent à faire monter et descendre son bassin sur cette bite géante, et je pouvais entendre des petits cris que j’analysais comme des cris de douleurs à chaque va et vient.

 

Cet homme fiché dans la chatte de ma femme, lui saisit ses seins et les pelota sans aucun ménagement. Les cris de douleurs, furent bien vite remplacés par des soupirs; puis des cris de jouissance, et ma femme allait bon train à présent, montant et descendant de plus en plus rapidement sur cette bite tendue à l’extrême. Après quelques instants, elle se releva, puis se mit à quatre pattes sur le lit, présentant ainsi sa croupe offerte à cet homme. Il ne se gêna pas pour se positionner contre le cul de Carole, et lui pénétrer la fente en levrette. Il faisait aller et venir sa queue pour le plus grand bonheur de mon épouse. Incapable de prononcer un mot, elle me fit signe de m’approcher d’elle. Chose que je fis, tout en continuant de regarder cet homme faire l’amour à ma chérie. Elle dégrafa mon pantalon non sans mal car les coups de queue violents qu’elle se prenait dans la chatte la déséquilibraient sans cesse. Une fois arrivée à ses fins, Carole fit pénétrer ma bite tendue dans sa bouche, et elle commença alors à me sucer la queue avidement.

 

Elle s’interrompit cependant pour dire à son amant de la lui mettre dans le cul, mais d’y aller doucement. Je n’en revenais pas, elle là femme qui refusait de coucher avec un autre type depuis si longtemps, s’était littéralement transformé en nymphomane en l’espace d’une seule soirée. Sergio ne se le fit pas dire deux fois, et je vis qu’il écartait bien les fesses de mon épouse afin de la pénétrer par son petit trou. Après qu’il eut fait rentrer un quart de sa bite dans son rectum, à sec en plus, ma femme lui demanda de stopper, et me fit aller chercher du gel lubrifiant. Je me rendis donc dans la salle de bain, et je reviens très vite vers ce couple illégitime, et je vis alors que Sergio était toujours présent, enfin sa bite, dans le cul de ma petite femme. Il faisait aller et venir le bout de sa queue dans son petit trou. Je lui tendis le gel, il me remercia, et il en mit sur le trou du cul de mon épouse, sans même prendre soin de sortir sa bite de ce logement si serré.

 

Une fois son trou bien lubrifié, il recommença à aller et venir dans le cul si serré de mon amour. Haletante, elle me demanda de revenir dans sa bouche. Je m’empressais d’aller remettre ma bite dans son orifice buccale si accueillant. Nous étions en train de prendre Sergio et moi ma femme infidèle en sandwich, et c’était tout simplement divin. Ce fut lui qui éjacula en premier. Je le vis s’agripper solidement aux hanches de ma femme et pousser à fond sur ses reins pour faire entrer la totalité de son gros sexe dans son cul, en poussant un râle de plaisir. De le savoir en train d’éjaculer dans le cul de Carole, je jutai également tout mon foutre dans la bouche de ma coquine qui se mit à avaler ma semence. Chose qu’elle n’avait encore jamais fait jusqu’alors.

 

Sergio sorti délicatement du cul de mon épouse, ôta le préservatif, puis remis ses fringues. Il s’excusa, mais nous dit qu’il devait s’en aller car sa copine allait s’inquiéter de son absence. Ma femme ne put s’empêcher de pouffer de rire. Se tournant vers moi, elle me dit, tu vois mon chéri, il n’y a pas que toi qui est « cocu » ce soir ! Sergio la salua, puis pris congé. Je le raccompagnais à la porte, et lorsque je rejoins ma femme dans la chambre à coucher, elle s’était déjà endormie totalement épuisé de s’être si bien faite baisé. Après avoir mis une couverture sur le corps nu de ma chérie, je suis allé boire le café que j’avais préparé au salon, tous seul, et celui-ci était tout froid. Voilà le récit érotiquede la première fois ou ma femme m’as faite cocu. L’histoire érotique que nous avons vécue ce soir-là, restera gravée dans ma mémoire à tous jamais !

 

Germain L.

 


 

 

Rating 3.04 out of 5
[?]

Une réponse à to “La première fois que ma femme me fait cocu”

  • jackpote:

    dommage qu il y ait tant de fautes d’orthographe sans parler des fautes de Français et pas mal d’invraisemblance, mais l’imagination est là C’est un beau fantasme finalement, mais pourquoi avoir conclu l’histoire par un bon enculage, une bonne baise classique c’est pas mal aussi, enfin…
    dans l’ensemble assez bien mais y a du progrès a faire
    hihihi

Laisser un commentaire

Membres en ligne