Une voisine se fait prendre et defoncer toute nue chez un voisin





 

Parti en congé pendant quelques jours, j’ai confié mes clés à des voisins. Ces voisins sont également des amis, car nous avons appris, à nous connaître et à nous apprécié au fur et à mesure du temps. Je vis seul, et j’ai un animal de compagnie. C’est un chat, nommé mistigri. Bien qu’il soit très indépendant, je n’ai pas encore réussi à lui faire ouvrir ses boites de pâté tous seul. Comme à chaque fois que je m’en vais quelques jours, j’ai donc confié les clés sur le palier d’en face, afin que Marlène, ma voisine, très jolie au passage, une petite blonde aux cheveux courts puisse entrer dans mon appartement, et nourrir mon animal.

Ce matin là, je décidas de rentrer plus tôt, en effet, parti pour une semaine au bord de la mer Méditerranée, le soleil n’as pas daigné m’honorer de sa présence, et c’est dépité que je décidas de mettre fin à mon séjour. Je pris soin de téléphoner à Marlène car la sachant seule en journée, je ne voulais pas lui faire peur en rentrant chez moi, car elle aurait sans doute pensée à un cambrioleur qui visitait mon appartement, et Gilles son mari, étant au travail pour la journée n’aurait donc pas pu la rassurer.

Il était onze heure du matin, quand je gara ma voiture devant mon immeuble, pris le seul bagage que j’avais, et contrairement à mon habitude, pris l’ascenseur. Si à l’accoutumé, j’avalai les trois étages, par l’escalier, avec le trajet en voiture, je ne me sentais pas le courage de faire un effort de plus.

Je fouilla au fond de ma poche pour en attraper le second jeu de clés de mon appartement, introduit, la clé dans la serrure, et tourna le verrou afin de pénétrer dans mon appartement. Je jeta négligemment mon sac au sol, puis me rendit au salon dans le but de m’allonger sur le canapé pour faire un petit somme réparateur.

J’eus un sursaut de peur lorsque je pénétra dans la pièce. Mon sang ne fit qu’un tour lorsque je vis qu’une personne était présente dans la pièce. Mais bien vite je réalisa que c’était seulement ma voisine qui se trouvait là, assise sur un des fauteuils. Après avoir retrouvé mes esprits, je me rendis compte quelle ne portait rien à l’exception d’une écharpe autour du coup et de ses bottes. Mon sang ne fit à nouveau qu’un tour mais pas du tout pour les mêmes raisons. Elle était là, nue, et elle me souriait. C’est elle qui brisa le silence en premier.

  • Bienvenue chez toi, je t’attendais
  • Je vois cela, mais tu es nue ?
  • Tu es observateur, dit elle en riant.

Je lui souris, et lui demanda pourquoi elle était ainsi vêtue, ou plutôt, dévêtue dans mon salon. Elle me répondit que cela faisait un petit bout de temps déjà qu’elle y pensait, et qu’elle fantasmais sur moi. Elle rajouta, alors si tu me veux, je suis à toi. Je m’inquiéta de ce que pourrais penser son mari, elle me rassura, en me disant qu’elle l’aimait à la folie, et qu’elle était très heureuse avec lui, mais le seul soucis, c’est qu’elle ne jouit pas avec lui, donc elle veut tenter sa chance avec moi. Rassuré sur ces intentions, elle voulait juste baiser et non pas que l’on se mette ensemble et tout le tralala, car je suis un célibataire endurci, et j’aime vivre seul. Mais, ma foi, je ne suis jamais contre un petit coup vite fait bien fait.

Je lui tendis donc la main, qu’elle saisit immédiatement. Je la releva, admira son corps nu et l’approcha de moi. Je l’enlaça, tout en l’embrassant à pleine bouche. Elle me rendit mon baiser, pendant que de mes deux mains je flattais ces fesses nues. Tout en continuant notre baiser passionné, une de mes mains abandonna son cul, pour aller lui peloter un sein. Il était bien ferme et sa peau très douce. J’abandonnais à présent sa bouche, pour aller lui mordiller le téton. Pendant ce temps, elle me caressait les cheveux. Je la fis ensuite allonger à même le sol, me positionna au dessus d’elle et commença à lui faire une minette. Ma langue partait de son entrejambe pour remonter jusqu’à son clitoris, tout en parcourant sa fente humide. Quand j’y repense c’est quand même une sacrée salope de s’être pointé dans mon appart, et de m’y attendre à poil. Elle me tira sur le pantalon pour me rapprocher un peu afin de s’occuper de mon sexe. J’arrêtai de la lécher pour me décaler. Elle me supplia de continuer à lui brouter la chatte. Je remis donc ma langue entre ses cuisses, et me décala comme je le pouvais.

Elle dégrafa les boutons de mon jeans, tandis que pour ma part, je continuais mon cunnilingus sur sa chatte de plus en plus ouverte et de plus en plus humide. Elle était arrivé à ses fins, mon jeans était ouvert, et elle avait saisit ma queue dans sa main. Je sentis qu’elle venait de la mettre dans sa bouche pour me sucer. Nous etions donc, tous deux allongé sur le sol, en plein soixante neuf. Se léchant mutuellement nos sexes respectifs avec nos bouches gourmandes, et nos langues coquines. C’est elle qui arrêta en premier sa caresse buccale, pour le dire, prend moi, j’ai envie de sentir ta grosse queue au fond de moi.

J’abandonnais donc le goût délicieux de son sexe pour y introduire ma queue. Je me redressa, elle ne bougea point, je pris donc position au dessus, d’elle, plaçant ma teube à l’entrée de sa grotte. Elle fit descendre sa main à la rencontre de ma tige, la saisit en la tenant fermement. C’est elle qui la fit entrer en elle, pour mieux m’inviter à la sauter. Je lui donnais quelques coups de queue, mais je trouvais que cette position n’étais pas assez vulgaire pour une telle salope.

Je me retira donc de sa chatte et la fit mettre à quatre pattes. Je rentra sans ménagement dans sa chatte, m’accrocha à ces hanches et la prit en levrette, et lui donna de méchant coups de queue, si bien que mon corps claquait contre ses fesses. Je l’encourageai à venir en lui disant des mots crus, j’adore être vulgaire pendant l’acte. Tu aimes ça salope, si ton mari savait que tu te faisait défoncer pendant qu’il était en train de bosser, tu crois qu’il aimerait, tu t’ouvres bien sous mes coups de queue, on dirait un vrai garage à bite, tu aimes faire cocu ton mari, etc…. Plus je la couvrais de mots crus, et plus je la sentais jouir. Peu, à peu, elle répondit même à mes insultes, oh, oui je suis une vilaine, une véritable petite cochonne, ou, je suis une salope qui se fait défoncer par le premier venu, ou encore oh, oui je suis ta salope, tu peux faire de moi ce que tu veux.

Ce que je veux d’elle, ma foi ce n’était pas tomber dans l’oreille d’un sourd. Je sorti ma queue de son puits humide, puis plaça ma queue entre ses fesses, qui était bien écarté vu la position que cette jolie blonde avait prise. Je positionnait mon gland contre son anus, attendit quelques secondes pour voir si elle n’étais pas réticente à la sodomie. C’est elle qui m’encouragea. Oh, oui rentres moi la dans le cul, bien au fond me lança t’elle. Je forçais à présent l’entrée de son rectum tous serrés. J’entrais avec peine dans son orifice vu que je l’enculais à sec. Bien accroché à ses hanches, je donnais de petit coup de rein, et à chaque coup de rein, je sentais que la barrière naturelle de son cul, cédait petit à petit à mes avances. Je l’entendais gémir au fur et à mesure de ma progression dans son cul. Une fois lui avoir mis une bonne partie de ma bite dans son derrière, je commença un mouvement de vas et vient, tout d’abord doucement, puis de plus en plus rapidement. Pendant que je l’enculais, je titillais son clitoris. Elle m’encourageait à aller toujours plus loin, et toujours plus vite, si bien qu’elle a eu raison de moi, et que je me suis mis à éjaculer bien profond dans son anus. Je me retira délicatement de son trou du cul, et elle s’écroula au sol. Je pouvais la contempler, nue avec ces bottes et son écharpe, qui ne l’avais pas quitter. Son rimmel avait coulé, ses cheveux n’avais plus de tenue. Elle me regardais en souriant, et me dit qu’elle avais eu plusieurs orgasmes, et qu’elle ne tarderai pas à me rendre visite de nouveau. Elle se leva, se dirigea vers la porte de sortie, ouvrit la porte, m’embrassa à pleine bouche sur le seuil de la porte, puis traversa le palier totalement nue afin de retourner chez elle.

Voici le début de mon aventure érotique avec ma charmante voisine, en espérant que mon récit vous ait plus.

Max

 

 

 

Rating 4.00 out of 5
[?]

Laisser un commentaire

Membres en ligne